Un tournant ? Des retraites à l'affaire Woerth / Bettencourt

Publié le par pablo33bordo

Woerth et l'affaire Bettancourt, Woerth et les retraites, la mobilisation sociale à son encontre, les démissions au gouvernement: la pire erreure serait d'étudier tous ces événements uniquement de façon séparée ou de les personnaliser.

 

 

1/ La réforme des retraites, c'est un désir de victoire du capital contre TOUS les salariés !

2/ L'affaire Woerth-Bettancourt confirme des liens privilégiés que nous connaissons déjà, en faveur du capital...

3/ Tout ça se rejoint et peut représenter un espoir, comme je le montrerai.

 

 


1/ CONTRE la réforme des retraites !


Celle-ci est profondèment injuste et, qu'on ne s'y trompe pas, concerne le peuple entier, depuis les prochains retraités jusqu’aux plus jeunes, depuis les emplois peu qualifiés à ceux qui le sont plus.

Pas besoin d'être docteur en économie pour comprendre que cette réforme ne parviendra jamais à résorber le déficit de la caisse des retraites. En effet, augmenter la durée de travail n'aura aucun effet puisque le chômage des séniors est très élevé. Ainsi, le problème de fond est davantage le chômage de façon générale car il y a trop peu de gens qui cotisent. Les salariés se font licenciés ou ne retrouvent pas d'emploi avant même 60 ans aujourd'hui ! Ainsi, ce sont davantage les pensions qui vont baisser, car on cotisera encore moins, mais compensées par un autre déificit qui s'aggravera; celui de l'assurance chômage. Ensuite, on entendra dire qu'il faut baisser les indemnisations chômage !

Sarkozy, non sans cynisme, avoue lui même que les salariés ne partiront toujours pas avec une retraite complète. En effet, dans son dernier entretien télévisé, il dit, sûr de lui, qu'avec la retraite à 60 ans, les salariés n'avaient plus d'emploi dès 58 ans et, ainsi, avec la retraite à 62 ans, ils n'en auront plus à 60 ans. Vous n'aurez toujours pas de pensions complètes; c'est promis par le Président lui-même. Au moins, on est sûr qu'il la tiendra cette promesse-ci...

Avec cette réforme, la vision même du social et de l'humain néolibérale se confirme. Il n'est qu'un "animal laborans", selon l'expression chère à Hannah Arendt. Ce qui montre bien ce point de vu, c'est la question de la pénébilité. On nous dit qu'il ne faut pas que le problème soit traité collectivement mais, pour que ce soit plus juste (évidemment...), individuellement. Ainsi, le médecin constatera si vous pouvez continuer à travailler ou non et jusqu'à quel âge. Ce que cela signifie, c'est que la fatigue, la pression des supérieurs, on s'en moquera. Ce qui intéresse, c'est seulement de savoir si vous avez encore la capacité d'exécuter les tâches qu'on vous demande !


Voici un extrait du site Viva:

Le projet gouvernemental prévoit de maintenir un départ à la retraite à 60 ans seulement pour les salariés ayant une incapacité permanente partielle (IPP) pour maladie professionnelle ou accident du travail d’au moins 20 %. 

Ainsi, ne seraient prises en compte que les conséquences des maladies qui se sont déjà déclarées alors même que beaucoup de ces affections se développent tardivement. Les conditions de travail pénibles qui réduisent de fait la durée de vie sont exclues du périmètre. 
Seraient ainsi sortis de cette "retraite-pénibilité", par exemple, les salariés soumis à des cancérogènes qui n’ont pas, à 60 ans, déclarés de cancer. Une majorité des cancers se déclarent justement après 65 ans.

Santé & Travail souligne que plus de 2,3 millions de travailleurs sont exposés à des produits cancérogènes et qu’à 35 ans, l’espérance de vie d’un ouvrier est inférieure de 6 années à celle d’un cadre. Et qu’à cet âge, sous espérance de vie en bonne santé n’est que de 24 années... 
La revue rappelle enfin que les médecins du travail ont réservé « un accueil pour le moins critique » à ce projet : « Evaluer la pénibilité sur des salariés déjà cassés par leur travail est grotesque », déclare à la revue Marie Pascual, médecin du travail dans l’Essonne.

Les contradictions sont donc nombreuses...

 

Vous trouverez des résumés de l'opposition à cette réforme aux liens suivants:

Appel Copernic-Attac

Blog de Henri Moulinier

Blog de Jean-Luc Mélenchon


 

 

2/ Quelle place pour l'affaire Woerth-Bettancourt ?

 

Ce qu'il faut retenir avec cette réforme des retraites, c'est que l'avantage est donné encore et encore au capital. Cela est vrai non seulement parce que le mode de vie proposé va dans le sens du capitalisme, de la mercantilisation de la vie, mais le gouvernement l'avoue lui-même puisque la contribution demandée au capital ne représente que 10% du déficit total qu'ils présentent comme celui à supprimer d'ici 2018. Ainsi, il est ouvertement dit: "chers salariés, payez 90% du déficit de la caisse". Or, on vient de le montrer, la souffrance des moins qualifiés, notamment, subsistera tandis que que le déficit ne sera pas résorbé !

Le capital paye juste suffisamment pour donner un sentiment de justice et ne pas déclencher la révolution dès fin juin. Et oui; même quand il paye, il est gagnant ! Et là est bien le plus important pour le gouvernement. C'est là que nous pouvons rejoindre cette affaire qui ne cesse de faire la une depuis les premiers jours de l'été.

Il ne s'agit pas seulement de l'affaire Bettancourt, ni de l'affaire Woerth, mais bien des liens ultra-privilégiés entre le pouvoir politique et financier qui sont dévoilés au grand jour. Nous n'en doutions plus mais, là, ils deviennent une véritable caricature d'eux mêmes. On compte même faire de cette affaire un long métrage; c'est pour dire ! 

Tout y est: conflits d'intérêt, financements illégaux, exodes fiscales etc. Chaque jour, l'actualité apporte de nouvelles preuves à mesure que Woerth, bien protégé par ses complices du système, tente de prouver sa perfection et son respect le plus étroit au Droit français.

N'allons pas à l'encontre de la présemption d'innocence. Mais tout de même ! Cette affaire fait preuve, dans tous les cas, que ce sont les riches (et uniquement eux) qui nous gouvernent aujourd'hui. Des faits sont vérifiés: Woerth savait que P. De Maistre était dans les listes des évadés fiscaux, trois mois avant de lui remettre la légion d'honneur. Le 14 juillet dernier, on a également vu la remise de la légion à de nombreux amis du Président, comme Bouygues: le copinage, on ne peut que le constater. On peut même jusqu’à parler d’olligarchie.

 


 

3/ La colère: un espoir !


Le sentiment d'injustice ne peut qu'être grandi. A la base de l'affaire, il y a avant tout la fortune de Mme Bettancourt: 20 milliards d'euros environ ! 

=> Le SMIC est environ à 1100 € par mois soit un salaire de 13 200 € annuel pour un smicard actuellement. 20M€ représentent - tenez vous bien -  1 500 000 (environ) années de SMIC soient les 40 ans de salaire de 37 500 smicards, rien que ça. Et ces gens, avec certainement la complicité des politiques, font de l'évasion fiscale !

=> On a pris conscience, chose qui n'a jamais été cachée, que Mme Bettancourt a bénéficié de 30 millions d'euros grâce au bouclier fiscal. Cela représente 0,1% de sa fortune, autant dire qu'elle ne le voit pas passer. En effet, c'est l'équivalent de 1€65 d'un SMIC... Sauf qu'avec 30 millions d'euros (et sachant qu'elle n'est pas la seule fortune de France; même pas la première !), on peut payer 2 272 années de SMIC, pour prendre toujours cet exemple !

Et oui ! Si cela n'est pas révoltant: des cadeaux fiscaux à des gens qui ont suffisamment de richesses pour ne pas se rendre compte de la différence, tandis qu'il y a encore plus de 10% de chômeurs, une extrême précarité, des services publics avec de moins en moins de qualité etc.

 

Je pense que le peuple commence à se rendre compte de ces injustices extrêmes et qu'il aura coeur à se révolter en septembre. Je suis persuadé que l'on va se trouver face à un mouvement d'une ampleur gigantesque. Là est l'espoir. Le 1er rendez-vous est fixé au 7 septembre et on verra alors si mes prédictions sont bonnes.

Après 2 millions de manifestants en juin dernier, comment ce chiffre pourrait ne pas augmenter ?



Il est interdit d'inciter à la haine. Personnellement, j'espère bien y être parvenu avec cet article et j'assume totalement...

 

Publié dans Général

Commenter cet article

anabel 20/08/2010 21:22



Très bon article. Les chiffres que tu exposes dans ton dernier paragraphe sont tout simplement révoltants. La mobilisation par la grève est malheureusement (ou heureusement?) le seul moyen que
nous ayons pour nous faire entendre. Espérons que cela ai des conséquences positives, dans un gouvernement ou la voix du peuple ne compte plus vraiment...soyons nombreux à nous mobiliser encore
et encore, pour tenter de sauver ce qu'il nous reste de droits....



pablo33bordo 20/08/2010 22:39



Quel plaisir de lire ce commentaire ! Venu d'un(e) syndicaliste ou d'une personne très engagée, cela ne m'aurait pas fait le même effet. Mais là, j'ai vraiment le sentiment que ce que je dis dans
mon article se confirme dans le commentaire qui suit (et on sent la sincérité de tes propos) ! L'injustice; ce n'est plus le seul discours d'un communiste, le peuple la ressent.


J'ai donc encore plus d'optimisme pour cette journée sur laquelle je parie beaucoup, peut-être trop. Elle ne suffira pas mais elle est un début nécessaire.


La grève est un formidable droit, donc je dirais "heureusement" en quelque sorte (pour te répondre), même si on peut rêver à une époque où le peuple serait vraiment souverain et où l'intérêt
général primerait dans toutes les décisions.


 


Merci beaucoup pour ce commentaire !